You are currently viewing La médecine du travail dans l’entre-deux-guerres (1919-1939) : la naissance de la discipline

La médecine du travail dans l’entre-deux-guerres (1919-1939) : la naissance de la discipline

L’histoire de la médecine du travail, souvent méconnue, est intimement liée aux transformations économiques et politiques du début du XXème siècle. Cette période charnière a vu émerger des concepts et des pratiques médicales en milieu professionnel, essentiels à la compréhension de notre gestion actuelle de la santé au travail.

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Au sortir de la Première Guerre mondiale, la législation sur les maladies professionnelles a progressivement pris forme, malgré un démarrage lent et hésitant. En 1919, une loi reconnaissant certaines maladies liées au travail, comme celles dues au plomb et au mercure, a été adoptée. Cependant, sa mise en application fut limitée, ne couvrant qu’un nombre restreint de cas. La période des années folles a vu des demandes d’extension de cette reconnaissance à d’autres maladies, telles que la gale du ciment ou l’eczéma du plâtre, mais ces avancées se heurtaient régulièrement à l’opposition du patronat.

La naissance de la médecine du travail face à la discrimination

Cette opposition patronale n’était cependant pas un rejet systématique, mais plutôt une forme de collaboration avec l’État visant à influencer la législation. Par exemple, la Confédération générale de la production française (CGPF) envisageait le rôle du médecin d’usine comme un outil pour optimiser le rendement, allant jusqu’à promouvoir une médecine d’élimination à l’embauchage.

Il est important de noter que cette période a également été marquée par des pratiques discriminatoires et racistes dans le milieu du travail. Les employeurs français privilégiaient souvent la main-d’œuvre coloniale ou étrangère, jugée plus malléable, pour les travaux les plus pénibles et dangereux. Les travailleurs maghrébins, en particulier, étaient souvent renvoyés pour éviter des frais de santé, notamment en cas de tuberculose. De stricts contrôles sanitaires étaient imposés aux travailleurs immigrés, reflétant une approche discriminatoire en matière de santé au travail.

C’est dans ce contexte complexe que la médecine du travail, en tant que discipline, commence à prendre forme. Sous l’influence des organismes internationaux, le concept de paritarisme se développe, et avec lui, l’idée d’une médecine du travail intégrée et globale. En 1927, un décret impose la déclaration de maladies professionnelles, bien que non indemnisables à l’époque. Ce décret marque un tournant décisif dans la reconnaissance des maladies professionnelles, même si la définition de ce qu’est une maladie professionnelle restait un sujet de débat.

La reconnaissance de la médecine du travail face aux enjeux sociaux et industriels

La période précédant la Seconde Guerre mondiale a été cruciale pour l’évolution de la médecine du travail. Des formations dédiées ont vu le jour, avec la création d’enseignements spécialisés à Lille et à Lyon. Ces formations ont joué un rôle déterminant dans la professionnalisation de la médecine du travail et dans la diffusion des connaissances sur les maladies professionnelles.

Les grèves de 1936 ont mis en lumière les conditions insalubres dans lesquelles de nombreux ouvriers travaillaient. Ces événements ont encouragé le développement de services médicaux au sein des usines et ont souligné la nécessité d’une approche plus proactive et préventive en matière de santé au travail. Cette période a également vu l’émergence de revendications ouvrières pour une meilleure prise en compte de l’hygiène, de la sécurité et de la salubrité au travail.

En conclusion :

L’histoire de la médecine du travail est riche d’enseignements. Elle révèle comment les transformations socio-économiques et les luttes politiques ont façonné la manière dont la santé des travailleurs est perçue et gérée. Aujourd’hui, ces fondations historiques continuent d’influencer les pratiques et les politiques en matière de santé au travail, soulignant l’importance de cette discipline dans notre société contemporaine.

Philippe Casanova

Médecin spécialiste en médecine du travail et médecine légale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.