You are currently viewing L’importance et la rigueur du certificat médical en santé au travail

L’importance et la rigueur du certificat médical en santé au travail

Tout médecin, y compris le médecin du travail, peut délivrer un certificat médical. Dans un procès, il constitue un élément de preuve. Il engage toujours la responsabilité de son rédacteur et il est donc très important de rester objectif et systématique. 

Temps de lecture estimé : 3 minutes

La santé au travail est un domaine majeur qui nécessite une grande rigueur, en particulier lorsqu’il s’agit de la rédaction de certificats médicaux. Dans ce contexte, il est essentiel de comprendre l’importance de ces documents, leur structure, ainsi que les responsabilités éthiques associées.

La valeur juridique du certificat médical

Tout médecin, qu’il soit généraliste ou spécialiste, notamment en médecine du travail, a la prérogative de délivrer un certificat médical. Lors d’une procédure judiciaire, ce document revêt une grande importance car il constitue un élément probatoire. Il convient donc de souligner que la responsabilité du médecin rédacteur est engagée, rendant impérative la nécessité d’une rédaction objective et systématique.

Les certificats médicaux sont essentiels non seulement pour le patient ou la victime, car ils génèrent des droits, mais également pour le fonctionnement adéquat des forces de l’ordre et de la justice, comme dans les cas d’incapacité totale de travail.

Structure du certificat médical

Un certificat médical doit suivre une structure bien définie pour assurer sa validité :

  • Identification : Il doit indiquer la date, l’heure et le lieu de l’examen. L’identité du médecin, du patient, de son représentant et de l’autorité requérante doivent y être clairement mentionnées.
  • Déclarations du patient : Il est crucial de transcrire fidèlement les propos du patient tout en se limitant strictement à la mission assignée.
  • Examen clinique : Le médecin doit décrire de manière précise et objective les constatations cliniques. L’usage de schémas ou de photographies peut s’avérer utile.
  • Examens complémentaires : Si des tests supplémentaires ont été prescrits, leurs résultats essentiels doivent être inclus.
  • Discussion : Le médecin doit rester impartial dans sa discussion, évitant tout parti pris.
  • Conclusion : Elle doit répondre clairement aux questions posées dans le cadre de la demande.

Il est vivement recommandé de conserver une copie du certificat pour référence ultérieure.

Déontologie liée à la rédaction

  • Destinataire : Le certificat peut être remis au patient ou à son représentant légal, ou encore être demandé par les autorités compétentes.
  • Qualifications du rédacteur : Seuls les médecins disposant de la plénitude d’exercice peuvent rédiger ces documents. Les internes ou docteurs juniors sont exclus de cette responsabilité.
  • Neutralité : Un médecin doit garantir sa neutralité, et se récuser si nécessaire. Il est également tenu de ne pas s’immiscer dans des affaires personnelles ni de dépasser ses compétences.

À titre illustratif, des médecins du travail ont été sanctionnés pour avoir délivré des certificats de complaisance, notamment lorsqu’ils n’avaient pas constaté personnellement les faits. Cette mise en cause souligne la gravité des responsabilités incombant au médecin.

En conclusion :

La rédaction de certificats médicaux est une tâche sérieuse qui nécessite précision, objectivité et rigueur. Assurer leur fiabilité est essentiel pour garantir la justice et protéger les droits des patients dans le milieu professionnel.

Philippe Casanova

Médecin spécialiste en médecine du travail et médecine légale.